Découvrir les Chemins de mémoire… en randonnée

Chaque territoire abrite des lieux qui témoignent des combats qui ont eu lieu lors des deux conflits mondiaux et qui conservent la mémoire des hommes qui y ont pris part. Afin de permettre à chacun de découvrir ces sites à son propre rythme, les Chemins de mémoire régionaux s’enrichissent à présent de parcours locaux de randonnée pédestre ou cyclotouriste. Chaque parcours a été conçu comme un circuit thématique reliant plusieurs étapes à découvrir à l’aide d’un petit guide historique illustré, consultable sur terminaux mobiles ou téléchargeable. Ainsi est rendue l’échelle humaine des conflits tout en offrant une façon originale de comprendre un territoire et son patrimoine.
Retourner à la liste des circuits

La version 7.0 de votre iOS ne permet pas d'afficher correctement les contenus de cette carte. Pour visualiser les informations vous devez faire la mise à jour vers la version 7.1

Durée : 3h30 - Distance : 41 km

Informations pratiques

Contact : Office de tourisme de la région de Béthune-Bruay
Téléphone : +33 (0)3 21 52 50 00
E-mail : accueil(at)tourisme-bethune-bruay(dot)fr
Site web : www.tourisme-bethune-bruay.fr
Point de départ : Aire d’accueil camping-cars des Champs de mémoire du Bas-Pays Rue de la Briquèterie

Télécharger le guideTélécharger la trace GPXNous vous accueillons

14-18, un conflit mondial

La Flandre française, entre Lille et Béthune, fut un théâtre mondialisé de la Grande Guerre, comme sa voisine belge ou encore l’Artois et la Somme. Dans ces paysages plats, où l’eau affleure partout, les combats n’ont jamais cessé entre 1914 et 1918 : affrontements féroces des cavaleries française, britannique et allemande pendant la « course à la mer » d’octobre 1914, offensives lancées par l’armée britannique sur la crête d’Aubers en 1915 avec d’importants contingents indiens et canadiens, attaque suicidaire de deux divisions inexpérimentées,  britannique et australienne, devant Fromelles, en juillet 1916, assaut massif des troupes allemandes, en avril 1918, qui balaye des unités portugaises et britanniques.

Si le labeur des agriculteurs a aujourd’hui effacé l’essentiel des stigmates du conflit – à l’exception d’un grand nombre de blockhaus allemands – la mémoire de la Première Guerre mondiale reste puissamment présente dans un paysage bocager parcouru par un lacis de routes qui serpentent en suivant le tracé des fossés de drainage : nombreux cimetières britanniques et allemands, lieux de mémoire portugais, magnifiques mémoriaux érigés en souvenir des soldats disparus, qu’ils soient indiens, à Neuve-Chapelle, ou britanniques, au Touret.

Détails du circuit