Les bornes commémoratives

ImprimerTwitterFacebookGoogle+

 

Les bornes du Front


Entre 1921 et 1927, à l’initiative du Touring Club de France et de son homologue belge, 118 monuments sont érigés (96 en France, 22 en Belgique), pour marquer des lieux important de la Grande Guerre ; en France, elles marquent la limite de l’avance allemande lors de la grande offensive de 1918, le 18 juillet.

Hauts de1,25 m, taillés dans le granit rose, ces monuments ont été conçus par le sculpteur parisien Paul Moreau-Vauthier. Si en Belgique on trouve trois versions différentes (française, britannique, belge), essentiellement distinguées par le casque des combattants, en France, seule la version française est présente. Sur les côtés de la stèle sont figurés des éléments de l’équipement du soldat (masque à gaz, gourde, etc.) et une inscription : « Ici fut arrêté l’envahisseur, 18 juillet 1918 », associée au lieu où se trouve l’édifice. Le choix des sites fut confié au Maréchal Pétain.

Une partie des bornes a été détruite, pendant la Seconde Guerre mondiale ou du fait d’accidents de la route. Il en reste aujourd’hui 94. Une se trouve sur la route Arras-Cambrai, à Tilloy-les-Mofflaines.


Les bornes Voie Sacrée


Les combats de Verdun de 1916 sont devenus le symbole de l’effroyable effusion de chair et de sang de la Grande Guerre. Le champs de bataille était alors alimenté par un flot continu d’hommes et de matériels grâce à la seule route de Bar-le-Duc à Verdun qui fut baptisée du nom de Voie Sacrée par l’écrivain Maurice Barrès.

Le 21 août 1922 à Bar-le-Duc, Poincaré inaugure la première des 56 bornes kilométriques jalonnant la voie jusqu’à Verdun et le 30 décembre 1923 cette dernière devient route nationale.

Plusieurs communes de France décidèrent de célébrer le souvenir de cette terrible bataille qui vit périr près de 300000 soldats français. Des bornes Voie Sacrée, copiées sur le modèle de celles présentes dans la Meuse, furent implantées un peu partout en France. Elles représentent une borne kilométrique blanche et rouge surmontée d’un casque de poilu dit casque Adrien, avec une palme (symbole de la victoire) surmontée de l’inscription Voie Sacrée.

La dernière borne de la région a été inaugurée le 21 février 2006 à la citadelle d’Arras en marge du 90e anniversaire de la bataille de Verdun.

Yvan PACHEKA,
Assistant de conservation du patrimoine
aux Archives Départementales du Pas-de-Calais

Images d'archives

Borne Voie Sacrée

Wikimedia Commons (jpg - 0.06 MB)

Borne Voie Sacrée